Adblock : le blocage third party, qu’est ce que c’est ? Comment faire ? 😱

Les adblockers ou bloqueurs de publicité, comme leur nom l’indique, bloquent la publicité. Mais comme leur nom ne l’indique pas forcément, ils ne bloquent pas uniquement la publicité ! Au-delà des pubs bloquées, de nombreuses fonctionnalités des sites peuvent être impactées. Voyons cela de plus près.

Adblockers : comment ça marche ?

Il y a quelques mois, nous avons publié un article expliquant et présentant les nombreux types de bloqueurs de publicité existant sur le marché.

Pour rappel, la plupart des bloqueurs fonctionnent sur un système de listes qui indexent tous les éléments à bloquer sur les sites. Ces listes sont open source et sont maintenues et complétées jour après jour par la communauté des utilisateurs d’adblockers.

La plupart des éléments à bloquer sont des publicités ou tout du moins des noms de domaines utilisés par les réseaux et technologies publicitaires pour servir les publicités. Ces règles sont communes à tous les sites.

Prenons un exemple simplifié. Un site utilise Google pour diffuser ses publicités. Les publicités sont servies à travers un nom de domaine contenant notamment “googleads”. Les règles suivantes sont donc ajoutées à la liste de blocage pour que les URL contenant ces noms de domaines soient bloquées.
/googleads-
/googleads.
/googleads/*

Bien sûr les déclinaisons et subtilités sont nombreuses, il existe des centaines de milliers de règles qui peuvent concerner les noms de domaines mais aussi certains éléments en particulier, des éléments de CSS, etc…

Sur certains sites, les blocages peuvent aller plus loin, avec des blocages third party.

Qu’est ce qu’un blocage third party ?

Un blocage third party signifie que tous les outils tiers n’apparaissent pas sur ce site. Tous les éléments chargés à partir de domaines qui ne sont pas celui du site sont bloqués.

La règle dans ce cas ressemble à ceci :

/^((?!(^https?)://(www.youtube.com)/).)*$/$third-party,subdocument,domain=mondomaine.com

Traduction : cette règle dit de bloquer tout ce qui n’est pas chargé à partir du domaine mondomaine.com à l’exception des URL venant du domaine de Youtube.

Concrètement, ça donne quoi ?

Un de nos sites partenaires a récemment été la cible d’un blocage third party. Le site Le Soir a mis en place des cartes interactives pour présenter les résultats des élections communales en Belgique qui ont eu lieu en octobre dernier.

Malheureusement, l’éditeur s’est rendu compte qu’il était la cible d’un blocage third party et donc que ses cartes étaient invisibles pour les utilisateurs d’adblockers. Nous avons donc mis en place un message s’affichant aux utilisateurs d’adblockers, les prévenant que les cartes étaient bloquées et proposant la désactivation de l’adblocker pour pouvoir les visualiser.

lesoir.be message adblockMessage publié sur le site lesoir.be avec la solution AdBack pour prévenir les utilisateurs d’adblockers du blocage des cartes interactives.

Victime d’un blocage third party : que faire ?

Le blocage third party est de plus en plus répandu et certains navigateurs commencent même à proposer des blocages par défaut des scripts third party. La tendance va à une stratégie globale orientée first party.

Mieux vaut donc désormais privilégier les solutions first party que ce soit pour votre Tag Management System, vos solutions et outils d’analyse d’audience ou pour réaliser des diffusions de publicités sur la cible adblock.

AdBack propose une intégration en first party qui présente de nombreux avantages dont le principal étant l’impossibilité de la bloquer. L’installation en first party est également bénéfique en termes de collecte de données, de gestion du consentement de l’utilisateur, etc. Pour en savoir plus sur les méthodes d’intégration en first party, n’hésitez pas à nous contacter.

Laisser un commentaire